La Coulrophobie, ou la Peur des Clowns

La Coulrophobie, ou la Peur des Clowns

Lorsque vous demandez aux gens de quoi ils ont peur, quelques réponses courantes apparaissent : parler en public, les aiguilles, le réchauffement climatique, la perte d'un être cher. Mais si vous regardez les médias populaires, vous savez alors que nous sommes tous terrifiés par des choses un peu plus difficiles à comprendre, comme les poupées ou les Clowns.

Si ce dernier point peut faire réfléchir, 7,8 % des américains comprennent parfaitement cette phobie, selon un sondage de l'université Chapman. Et oui, ouvrons les yeux, c'est devenu un véritable phénomène de société : la peur des Clowns est maintenant à tous les coins de rue. 

La peur des clowns, appelée coulrophobie (prononcée "coul-ro-fo-bi"), peut être une peur qui nous fait littéralement perdre tous nos moyens. Alors quid de cette étrange phobie ? Nous nous sommes penchés sur le sujet, reprenons les bases.

Une phobie est une peur intense d'un certain objet ou scénario qui a un impact sur le comportement et parfois sur la vie quotidienne. Les phobies sont souvent une réaction psychologique profondément enracinée, liée à un événement traumatisant du passé d'une personne.

VOUS N'ÊTES PAS SEULS !

Pour les personnes qui ont peur des clowns, il peut être difficile de rester calme à proximité d'événements que d'autres regardent avec joie - cirques, carnavals ou autres festivals. La bonne nouvelle, c'est que vous n'êtes pas seul, et qu'il y a des choses que vous pouvez faire pour apaiser vos craintes.

Symptômes de la coulrophobie

Souffrir de coulrophobie et être effrayé en regardant un film avec un clown tueur sont des choses très différentes. L'une est un déclencheur de panique profonde et d'émotions intenses à la vue d'un Clown dans n'importe quelle circonstance, tandis que l'autre est fugace et confinée à un film de 120 minutes.

Les chercheurs ont découvert que la représentation des clowns comme des personnages terrifiants et négatifs dans les divertissements populaires a directement contribué à l'augmentation des cas de peur et de phobie intenses des clowns. 

Bien que la coulrophobie ne soit pas un diagnostic officiel dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition (DSM-5), le manuel qui guide les professionnels de la santé mentale dans leurs diagnostics, il existe une catégorie pour les "phobies spécifiques".

Il est important de reconnaître que, comme toute autre phobie, la peur des clowns s'accompagne de symptômes physiques et mentaux spécifiques, tels que la nausée, la panique, l'anxiété, des paumes de mains moites ou en sueur, la bouche sèche, la difficulté à respirer, ou encore l'augmentation du rythme cardiaque.

des émotions intenses telles que crier, pleurer ou se mettre en colère à la vue de l'objet de la peur, un clown par exemple

Quelles sont les causes profondes de la peur des clowns ?

Les phobies proviennent souvent de diverses sources - généralement un événement profondément traumatisant et effrayant. Mais il arrive parfois que vous rencontriez une peur dont vous ne pouvez pas identifier les racines, c'est-à-dire que vous ne savez pas pourquoi vous avez si intensément peur de la chose en question. Vous avez tout simplement peur. 

Dans le cas de la coulrophobie, il existe quelques causes probables :

Les films d'horreur. Il y a un lien entre les clowns effrayants dans les médias et le fait que les gens ont très peur d'eux. Regarder trop de films d'horreur avec des clowns à un âge impressionnable peut avoir un impact durable - même si ce n'était qu'une fois lors de la soirée pyjama d'un ami.

Des expériences traumatisantes. Une expérience impliquant un clown, où vous avez été paralysé par la terreur ou n'avez pas pu échapper à la situation, peut être considérée comme une expérience traumatisante. À partir de ce moment, votre cerveau et votre corps seraient câblés pour fuir toute situation impliquant des clowns. Bien que ce ne soit pas toujours le cas, il est possible que votre phobie soit liée aux traumatismes de votre vie, et il est important d'en discuter comme cause possible avec un thérapeute ou un membre de la famille en qui vous avez confiance.

La phobie acquise. Elle est un peu moins fréquente, mais il est tout aussi possible que vous ayez appris votre peur des clowns par un proche ou une figure d'autorité de confiance. Nous apprenons les règles du monde par nos parents et d'autres adultes, donc le fait de voir votre mère ou votre frère aîné terrifié par les clowns peut vous avoir appris que les clowns sont une chose à craindre.

Comment diagnostique-t-on les phobies ?

La plupart des phobies sont diagnostiquées en discutant avec un thérapeute ou un professionnel de la santé mentale, qui consulte ensuite les directives de diagnostic pour cette phobie particulière afin de décider du meilleur traitement pour aller de l'avant. Dans le cas de la coulrophobie, les choses sont un peu plus compliquées.

Comme la coulrophobie ne figure pas sur la liste des phobies officielles du DSM-5, vous devrez peut-être simplement rencontrer un thérapeute pour discuter de votre peur des clowns et de la façon dont cette peur semble avoir un impact sur votre vie. Parlez de ce qui se passe dans votre esprit et votre corps lorsque vous voyez un clown - essoufflement, vertige, panique ou anxiété, par exemple. 

Une fois que votre thérapeute connaît votre expérience, il peut travailler avec vous pour trouver un moyen de traiter et de gérer votre phobie. 

Traitement de la coulrophobie

La plupart des phobies sont traitées par une combinaison de psychothérapie, de médicaments et de remèdes ou techniques à domicile.

Voici quelques traitements dont vous pouvez discuter avec votre thérapeute, mais sans s'y limiter : 

Psychothérapie

La psychothérapie est, essentiellement, une thérapie par la parole. Vous rencontrez un thérapeute pour parler de vos angoisses, de vos phobies ou d'autres problèmes de santé mentale auxquels vous pourriez être confronté. Pour les phobies telles que la coulrophobie, vous aurez très probablement recours à l'un des deux types de psychothérapie :

  • La thérapie d'exposition. Ce type de thérapie correspond presque exactement à ce que l'on entend par là. Vous êtes exposé à la chose dont vous avez peur dans un environnement non menaçant et sûr. Dans ce cas, votre thérapeute peut vous montrer la photo d'un clown et vous pouvez discuter des sentiments et des émotions qui surgissent à ce moment-là, en cherchant des moyens de réduire et de gérer leur intensité.
  • Thérapie cognitivo-comportementale. La TCC se concentre sur la modification de la pensée et des schémas autour de certains comportements. Par exemple, vous pouvez travailler avec votre thérapeute pour changer votre façon de penser aux clowns jusqu'à ce qu'elle soit plus positive ou neutre.

Médicaments

Il est préférable d'utiliser les médicaments en conjonction avec une thérapie par la parole régulière tout en traitant votre phobie. Voici quelques types de médicaments que vous pouvez utiliser dans le cadre de votre traitement :

Les bêta-bloquants. Les bêta-bloquants sont aussi parfois utilisés pour l'hypertension, car ils ralentissent un peu les battements de votre cœur. Dans les cas où vous avez une réaction de panique ou de peur, cela peut vous aider à vous sentir plus calme et plus détendu.

Sédatifs : il s'agit d'un autre type de médicament sur ordonnance qui peut vous aider à vous sentir plus détendu. Les sédatifs sont un peu plus intenses et peuvent entraîner une dépendance - ils ne sont donc généralement pas un traitement de première ligne pour l'anxiété ou la phobie.

Remèdes à domicile

Il peut être utile de pratiquer quelques habitudes et techniques de relaxation à la maison. Par exemple : 

La pleine conscience. Il s'agit d'une technique de méditation simple qui aide à se centrer sur le moment présent par opposition à toute expérience traumatisante passée. N'oubliez pas que les phobies proviennent parfois d'un traumatisme. Apprendre à vous centrer sur le moment présent peut vous aider à réduire votre réaction de peur.

Techniques de relaxation. D'autres types de techniques de relaxation peuvent inclure la méditation guidée pendant quelques minutes par jour, le yoga ou la tenue d'un journal intime par vous-même. 


Laissez un commentaire